Live report – Le Flegmatic (Pop In – Mercredi 11 mars 2015).

L’accueillante et chaleureuse salle du Pop in dont le raffinement esthétique n’a d’égal que les performances acoustiques (rires) accueillait hier le Albi Comedy Club, un one-man-show intimiste et plein de panache de Thomas Boudineau aka Le Flegmatic. Devant un parterre de VIP triés sur le volet (Maud Octallinn qui jouera aux 3 Baudets le mardi 24 mars, l’état-major de Froggy’s Delight, …), le tarnais a délivré un joli set remplis de ses chansons aux mélodies impeccables et à l’humour dévastateur. Le décor est finalement idéal, tant cette salle qui ferait passer le sous-sol de l’Olympic Café pour la scène de l’Opéra Garnier, ressemble à l’idée que je me fais de la cave ou du parking narbonnais du serial killer à la Fiat Punto. Le Flegmatic peut ainsi nous murmurer à l’oreille ses horreurs quotidiennes en toute impunité. IMG_7323IMG_7322 Thomas Boudineau étant un homme bien élevé commence par ma chanson préférée du moment La nuit est une gorge chaude (avec sa #BestPunchlineEver « Quiconque touche à ma meuf, se fera dépecer sur YouTube », ) avant d’enchainer ses tubes immortels (Béziers, Peter Falk, L’Europe, Anniversaire). Il se présente devant nous en version dépouillée, guitare et piano jouet, sans Michael Wookey ni trombone, il joue les choristes, les guitares héros acoustiques, fait des blagues pour dissimuler son stress et éloigner les démons du lieu, il change les paroles chansons, fait du charme à la salle. Et ça marche. Ces versions roots et à l’os des chansons de l’excellente Mostla Tape L’esprit de conquête captivent le public : l’humour corrosif et sombre des paroles (toutes ces choses que nous n’oserions pas dire) est particulièrement mis en valeur par l’absence de décorations, je fredonne pour accompagner ces irrésistibles mélodies vocales déjà familières, le timbre chaud et complice du chanteur remplit la salle d’une émotion vraie et chaude. Belle soirée.

IMG_7318 IMG_7342_2 IMG_7328_2