Thomas Bronnec – Collapsus (Série Noire, Gallimard).


Collapsus (nom masculin)
1. Malaise soudain, intense, accompagné d’une chute de tension.
2. Affaissement d’un organe.
3. Effondrement de quelque chose de matériel


Imaginez.
Une démocratie occidentale où aucune force politique ne serait vraiment majoritaire. Une république où le radicalisme et le pilori auraient peu à peu remplacé la nuance et le débat. Un pays où un outsider pourrait être élu Président dans un concours de circonstances. Une nation où le populisme serait devenu la nouvelle doctrine politique.

Politique fiction ?
Ou pas… Ancien gourou écologiste, Pierre Savidan est arrivé à la tête de l’État français. Convaincu que l’effondrement est pour demain, le Président de la République, encouragé par des conseillers de l’ombre jusqu’au-boutistes, accumule depuis le début de son mandat les mesures drastiques pour arrêter le processus et éviter la catastrophe écologique. Limitation imposée de la consommation de viande, Scoring Écologique Individuel (SEI) prenant en compte le nombre d’enfant et les pratiques de consommation, Programme d’Accueil Individualisé et de Ré-affiliation Écologique (PAIRE), soit une bonne vieille réduction façon khmers verts. Entre autres…

Bien sûr, quelques-uns grondent, manifestent, s’élèvent contre cette dérive autoritaire. À l’Élysée même, des conseillers et de hauts-fonctionnaires « raisonnables » tentent d’enrayer cette fuite en avant quasi-suicidaire. Olivier Fleurance, PDG d’un groupe agroalimentaire aux pratiques parfois douteuses, perd sa femme et son fils dans l’envahissement d’une maternité par des ultras écolos. Va-t-il réussir à agréger ces oppositions ?

Au-delà d’une intrigue parfaite et d’un rythme implacable, Bronnec nous met le nez dans nos doutes et notre bac de philo… La fin justifie-t-elle les moyens ? Sommes-nous prêts à tous pour imposer nos convictions ? Peut-on prendre des décisions que l’on considère comme justes et indispensables en dépit d’une partie du peuple ? Notre vie et celle de la planète se valent-elles ? Et comme Thanos dans les Avengers, quelqu’un serait-il un jour capable d’éradiquer une moitié de la population pour sauver l’autre ?

Un roman passionnant mais glaçant quoi renvoie aux plus belles heures des régimes autoritaires passés et résonne fortement dans une époque à la fois marquée par une urgence écologique indéniable et une montée des populisme de tous bords. Un thriller politique de haute tenue et saignant qui se dévore comme une côte de boeuf bien bleue…


© Matthieu Dufour