Live Report – VedeTT + Louis-Ronan Choisy – Le Carreau du Temple (14 janvier 2016)

Retour (très) en retard sur cette belle soirée du 14 janvier : le premier Carré Concert organisé par la radio Faubourg Simone au Carreau du Temple.


 

VedeTT ouvrait la soirée avec sa cold-wave dense et directe, une approche sans surenchère si ce n’est dans l’intensité rentrée d’une tension hypnotique qui envahit peu à peu la salle. Une approche qui respire une sincérité en clair obscur.  Totalement habité par sa musique, VedeTT livre un set qui ressemble à une transe froide qui se dessine sur les murs de la salle en camaïeu de gris. Les ombres de Joy Division, les effluves de Faith, la brume hivernale et opaque du nord de l’Angleterre : on est ici en pays de connaissance. Sur scène cette musique prend une dimension théâtrale plombée mais jamais plombante et souvent prenante. Si je voulais chipoter je pointerais du doigt un léger manque de lien avec le public : mais à leur décharge, ils ne doivent pas souvent jouer devant une salle assise… C’est du détail car c’était vraiment bon.


Après plusieurs rendez-vous manqués avec Louis-Ronan Choisy, j’étais ravi de pouvoir enfin écouter ses morceaux en live et mesurer son charisme évident auprès d’un public en grande partie acquis. A l’image d’une discographie variée et déjà riche, le chanteur embarque la salle dans ses univers. Alternant les ambiances, il déroule son avec un naturel épatant, comme un vieux routier maitrisant son sujet et nous sert un set-cocktail dans lequel il brasse allègrement ses influences, ses goûts et ses envies. Pop, rock, électro, il semble assez peu se soucier des étiquettes suivant son intuition et le fil qui le relie à son plaisir de jouer, de chanter et de partager. Trip éclectique, décors de villes la nuit, le concert s’accélère avec la saga d’Anthony qui fait lever une partie du public. Le set se terminera en apothéose avec une reprise rugueuse et intense de Bowie (enfin de Tin Machine), l’excellent Video Crime pour lequel il est rejoint sur scène le guitariste, acteur, scénariste, réalisateur Pierre Dugowson. Apogée de cette soirée très réussie, cette cover fiévreuse laissera le public un peu chancelant.


Matthieu Dufour