Actu – L’électro-pop réjouissante de My Summer Bee (Trans 2014).

10703674_932562236758913_6092763572890559467_n

A moins de n’avoir ni cœur, ni jambes, ni envies, ni souvenirs, difficile de résister à l’électro pop réjouissante des Caennais de My Summer Bee. Un EP, une poignée de titres épatants, portés par un « Figurine » sinueux, entêtant, le récent « Rosemary » lascif, euphorisant, et un intenable « Time’s Running Out » qui donne envie de monter sur la table, de lever les bras en l’air et de danser jusqu’à épuisement, tube addictif et chanson idéale pour filer le long de la mer, cheveux au vent et cœur ouvert, prêt à dévorer la vie, à plonger dans l’Océan, à aimer au-delà du raisonnable, à partager, bref à vivre pour de vrai. Derrière ces mélodies contagieuses, la mélancolie affleure parfois en surimpression : comme tous les groupes ou artistes capables de toucher simplement et d’allumer une étincelle avec des ritournelles qui s’incrustent en vous, My Summer Bee sait manier l’oxymore, mettre du noir dans sa lumière et vice versa. On appréciera une maturité et une qualité d’écriture déjà certaines, probablement fruit d’un travail méticuleux et de longues heures à peaufiner et à tester leurs idées. Mais là où certains s’égarent dans la démonstration technique pour produire des chansons quasi-parfaites mais sans âme, la musique de My Summer Bee possède une fraîcheur intacte et virale conjuguant précision et envie, insouciance et ambition. Bien plus qu’une nouvelle sensation de saison. Nous allons donc surement passer l’hiver au chaud et encore quelques étés en leur compagnie, les oreilles réjouies et des fourmis dans les jambes avec ces tubes potentiels qui grâce à leur programmation aux Trans 2014 devraient vite leur permettre de sortir de l’ombre. Et c’est une bonne nouvelle pour la lumière.