La disparition d’Everett Ruess – 49 Swimming Pools – 1er extrait.

15697303_10154681575591259_2579861685389823452_n


Fils de Stella et Christopher Ruess, artiste précoce et singulier, poète irrémédiablement attiré par la beauté stupéfiante des grands espaces de l’ouest américain, Everett a disparu lors de l’un de ses voyages dans l’Utah. Il avait 20 ans. Il était seul « into the wild ». Son corps n’a jamais été retrouvé et sa disparition reste un mystère. Pour faire court.

Fasciné par cette histoire au potentiel hautement créatif, Emmanuel Tellier embarque sa bande pour une nouvelle aventure, bien décidé lui aussi à quitter la routine de la pop qu’ils maitrisent parfaitement pour partir à la découverte de nouveaux territoires. Le 16 février au 104, aura lieu la première de leur création scénique La disparition d’Everett Ruess mêlant théâtre et musique.

Ils nous livrent aujourd’hui un premier extrait de cette magnifique création. Si How the wild calls to me, ne dépaysera pas les fans de leurs compositions léchées, savantes mais immédiatement accessibles, il annonce un album qui par moments tutoie la beauté pure et provoquera chez certains des émotions très fortes. La voix d’Emmanuel Tellier n’a probablement jamais aussi touchante que sur ces titres habités, hantés par l’aura d’Everett Ruess. Des 49 Swimming Pools au sommet de leur art et audiblement touchés au fond de leurs âmes par cette histoire.

Alors guettez la suite avec attention et si vous pouvez, venez au 104 (du 16 au 18 février). Cela risque d’être très très beau.

(Dolby) Surrounded by beauty.


© Matthieu Dufour