Rémi Parson – Nouvel album – Journal de bord – 9.

Sacrecoeur


24.11.2017

Je me suis fixé l’objectif de dix entrées pour ce journal de bord, ça me semble tellement approprié, où que je regarde, tout est dix (Decathlon, commandements, etc.). On en est à neuf avec celle-là. J’use les cartouches inconsidérément. Mais ça sent la ligne d’arrivée, c’est grisant.

Un an déjà que j’ai commencé cette bulle popale. Qui m’a fait un bien inestimable – merci Matthieu de m’avoir ouvert tes colonnes. Si elle ne raconte pas grand-chose, sinon des bêtises ; c’est par timidité toujours, aussi, par envie de doucement rire de cet exercice illusoire qui vise à raconter les petits rouages, les petites fréquences, les petites expos, les petits brunchs, les petites lectures qui irriguent une telle équipée. Et par souci de réalisme enfin, et surtout. D’une mise à l’échelle, en perspective.

Car j’aimerais que la musique prenne tout l’espace palpable, pas seulement son aise rabougrie dans ses appartements neuronaux, prélassée d’une fesse sur des coussins de songes, de temps libre d’assignée à résidence. Mais la vérité est que de menus problèmes de toilettes fendues, de mastic qui sèche, de code html, de blouses à volants, lui tiennent la dragée haute, 97 % du temps.

Je me déplace ici et là, je sens que ça progresse, l’envie de lâcher la rampe, glanant fébrilement au passage quelques heures de ce qui serait quand même beaucoup plus idoine. Évident. En permanence. Pas uniquement dans le sens fastoche ; mais juste fouler un plan sur lequel tu sais enfin pourquoi tu t’imposes certains trucs, pourquoi t’en chies, pourquoi tu triques.

D’embarquer avec ces puces savantes, ce cirque, parler de Zoltán Kodály et de Sancerre rouge sur des canapés de récupération, si on me donne plus de 24 ans un jour… Je vous jure, ça serait mieux.

En attendant, je m’en retourne au mix de l’album – étape clé et douce-amère ; en transit, pleine d’arrêtes et risquée, comme les poissons panés de Gel 2000 des années 90 et à bon port, tapissée de caviar et de rubis, d’allégresse, comme rien de connu, à aucune époque.


Rémi Parson – Londres – Novembre 2017