Exclu – Le clip de Brexit – Requin Chagrin & Rémi Parson.

Voilà donc le clip de Brexit, le tube de Requin Chagrin et Rémi Parson. Si vous lisez le blog régulièrement, vous connaissez mon amour sans bornes pour leurs productions respectives : ce projet commun est donc comme une cerise sur deux gâteaux déjà particulièrement savoureux. En effet, de la rencontre de ces deux infatigables fournisseurs de mélodies pop irrésistibles ne pouvait naitre qu’une grande chanson. C’est le cas avec Brexit, longue lance musicale effilée et vénéneuse plantée avec maestria et douceur dans nos chairs faibles et nos coeurs bringuebalants. C’est comme s’ils avaient toujours écrit et composé ensemble. Je défie d’ailleurs quiconque de voir les coutures de cette élégante pièce sur-mesure. De l’artisanat à l’ancienne, sincère, passionné, mais aux résonances très contemporaines.

La vidéo, à partir d’images capturées par les artistes eux-mêmes des deux côtés du Channel,  est un bel ouvrage de poésie pop urbaine, un exercice de style sans effets de manche, à l’image de deux univers en clair obscur. Si les textes toujours plus fins du montalbano-londonien laissent planer le doute sur ses intentions et nous mettent en face des maux de notre siècle (qu’ils affligent nos âmes grises ou blessent notre société au coeur de ce qu’elle a de plus beau et de plus fragile), la mélodie et les images emportent tout dans un trip au lyrisme délicatement rentré et hautement inflammable. Return Ticket pour certains. Aller simple pour d’autres. C’est au choix. Le choix des larmes : averse franche chaude ou crachin gris et frais. Entre une île malade et un continent inquiet. Et vice versa. Symétries urbaines, mots en avant, mots en mouvement, lumières tremblantes, flammes immortelles, géométries intimes, des images de voyage et des deux capitales se mélangent à celles de l’enregistrement de la chanson dans un transport amoureux mélancolique à souhait. Mille fois plus efficace que des siècles de diplomatie foireuse. Comme une envie de creuser un autre tunnel sous la Manche. De refaire le match. De suturer les plaies encore à vif. De refaire le monde avec eux, avec toi, une soirée sans fin. La vie quoi.


© Matthieu Dufour



Images : Rémi Parson, Marion Brunetto, Grégoire Cagnat
Montage : Marion Brunetto, Grégoire Cagnat


Duo enregistré au Labomatic Studio, mixé par Bénédicte Schmitt, mastérisé par Dominique Blanc-Francard.
Prises additionnelles par Rémi Parson et Marion Brunetto à la maison.
Composé par Rémi Parson et Marion Brunetto.
Textes par Rémi Parson.
Batterie par Romain Mercier-Balaz
Basse VI par Grégoire Cagnat
Claviers par Rémi Parson et Yohann Dedy
Guitares par Marion Brunetto