La mélodie des chimères – Chapitre 5 (Matthieu Dufour)

Diapositive1


Mais qu’est-ce qu’L fout ?

Une demi-heure que je l’attendais.

J’avais quitté Mikaël, Didier et Pascal brutalement. De toute façon ils m’avaient saoulé avec leurs questions, les suppositions, leur gentille leçon de morale déguisée. Surtout Mikaël avec ses allusions à mon roman qui ne verrait jamais le jour. Il pouvait toujours la ramener avec son album « bientôt dans les bacs » depuis deux ans. Il faisait pourtant partie des gens que j’avais épargnés. Mais bon, je devais m’attendre à ce genre de réactions. Il fallait que je sois fort. Il fallait que j’assume. Je savais depuis le début que je m’exposais à un tir de barrage nourri. Et encore, ils n’étaient pour la plupart pas au courant pour L et moi. Je me doutais bien que cela aurait des conséquences. Rien ne devait pour autant me détourner de mon objectif. Ce roman serait écrit, ils en seraient les héros malgré eux. Cette nouvelle n’était qu’un tir à blanc, un test, un leurre, un amuse-gueule gentillet. Comme un de leurs teasers à la mode sur YouTube. Ce que je préparais serait beaucoup plus douloureux. Tant pis. Il y aurait des victimes collatérales. J’espérais juste qu’L n’en ferait pas partie.

Au départ, j’avais été flatté par son intérêt, par son amitié. Une artiste, belle et douée, intègre et humaine, ça me changeait des hystériques diplômées avec lesquelles j’avais la cote depuis plus de vingt ans. Puis j’y ai vite vu mon intérêt, cette possibilité de m’approcher encore un peu plus du cœur du réacteur. Une fois dans la place rien ne pourrait m’arrêter, j’aurais accès à tous les personnages dont je rêvais, toute la matière pour cette fresque qui ferait date. Le livre d’une nouvelle génération perdue. A moi la gloire et les dollars. Mais pour cela j’avais besoin d’L. Et des autres. N’avais-je pas dévoilé mon jeu un peu trop tôt ? Peu importe.

Ce n’est qu’au bout que quelques semaines que ça a basculé, après le concert à l’Olympic Café. Une soirée organisée par les activistes de La Souterraine où une bonne partie du microcosme underground s’était retrouvé, irrésistiblement attiré par la lumière qu’L commençait à dégager. Elle avait été magnifique, vraiment. Une magicienne enchanteresse et féline. Une sirène envoutante. Le lendemain je n’avais pas osé poster les photos de cette soirée de peur que l’évidence saute aux yeux du monde entier (enfin de la douzaine de lecteurs du blog). Tous ces gros plans en noir et blanc, ces cadrages serrés qui transpiraient le désir et l’envie. J’étais tombé amoureux d’L. Comment aurait-il pu en être autrement ?

Et me voilà maintenant seul à poireauter, comme si je devais expier je-ne-sais-trop-quelle faute. Allez, encore 5 mn et j’y vais. Ou alors je monte, peut-être a-t-elle réservé notre chambre habituelle.

Je ne suis pas certain de pouvoir supporter son regard ce soir.


© Matthieu Dufour


Chapitre 4 : Louise Deglas

Chapitre 3 : Folo

Chapitre 2 : Liva

Chapitre 1 : Mikaël Charlot

Prologue : Matthieu Dufour