Le Manque par Le Manque (2).


aurelia-becuwe-photo-dieu-lave-1

© Aurélia Bécuwe


Depuis la découverte de Nietzsche m’a tout piqué, j’ai toujours éprouvé une grande tendresse et une franche admiration pour le travail des 2 olibrius du groupe Le Manque. Hyperactifs, ils multiplient les projets, à deux, chacun de leur côté, avec d’autres ; et avec leur air de ne pas y toucher ils sont en train de construire un objet très singulier dans le paysage musical underground actuel. Cet activisme forcené a récemment été récompensé par la citation de Mourir à Chartres par Pascal Bouaziz dans le superbe album de Bruit Noir. La reconnaissance d’un ton original, d’une singularité précieuse et d’une lucidité salutaire.

Il y a deux ans, je leur avais demandé de présenter quelques-uns de leurs clips (voir ici Le Manque par Le Manque ). Depuis ils n’ont pas chômé, il était donc plus que temps de faire un point sur leurs récentes productions. On y retrouve cet art du titre, ce décalage, cet univers à mi-chemin entre les Deschiens et Tati, quelque part entre Hara Kiri et le ‘non sense’ britannique.

En quelques mots, Le Manque revient sur ses derniers clips.

Action.



Alors, ça mort ?

La pêche à la mouche comme métaphore des relations écrivain/éditeur.



Presque

Aurélia Bécuwe, photographe et vidéaste nous offre son premier film, presque érotique, presque bouleversant, presque magnifique, presque épuré, presque flou, presque sensible, presque beau.



No Present

Clin d’œil à Pascal Bouaziz (Mendelson et Bruit noir), qui évoque le Manque dans sa chanson La Province. Grâce à Aurélia Bécuwe, 18 minutes de solitude et d’hostilité urbaine pour un poème visuel et sonore hypnotique.



Genève rêve

Lors du festival La Teuf s’amuse à Genève, on revoit nos amis de La Teuf, Gil Jogging, Jaaq et les autres, et hop ! Un clip dans la brume de la ville. Pour eux, pour elles.



Dieu lave ses slips lui-même

Scopitone et grands rires pour ceux qui savent (rire). Franz Griers s’exerce avec Le Manque, et avec Dieu lui-même, peu avant de recevoir l’Ours d’Or à Berlin.



Nichon chaton

Ecrit en dix secondes. Filmé en cinq minutes. Proposition post-dadaïste et preuve par trois de ce qu’elle incendie : expérience validée par son succès.



Amoureuses de mère en fille

La Bretagne. Véronique Corme a vu un clip du Manque dans un festival de courts-métrages, et nous a doucement harcelés pour une figuration. Quand on a vu des photographies de sa maison on a dit oui, immédiatement. Sa tribu illumine le film.



Je veux un enfant médiocre.

Entièrement filmé à Lorient. Les ports, les bars… Fantômes de Fassbinder et Kaurismäki. Après avoir vu Le Profil type de Franz Griers, on savait que lui seul pouvait réaliser ce clip.



Je voudrais être Marlon Brando

Mais y a encore du boulot…



Fais pas ta pie crevée

Film de genre, film de potes. Avec une chanson qui marche très bien en concert et déjà un tube pour tous les gamins de nos amis.



J’peux pas lutter c’est hormonal

Christophe filme la femme qu’il aime (en pensant à La Rencontre d’Alain Cavalier). Elle lui tricote un pull jaune. Aurélia filme Christophe qui aime Aurélia. Ils partent ensemble au carnaval de Dunkerque. Avec le pull jaune.



Le Manque, c’est la rencontre de Lionel Fondeville et Christophe Esnault, qui entraîne d’autres rencontres, 28 clips et des collaborations avec musiciens, chanteurs, chanteuses et réalisateurs de films.

Quatre albums : Ratages et confettis, Rester ouvert à l’inattendu et Torse nu dans la fosse sont en téléchargement libre : lemanque.bandcamp.com 

20e fan, 10 titres dont 5 inédits, est publié en octobre 2016 par la Souterraine pour une Mostla Tape qui couronne un parcours situé un étage en dessous de l’underground.

Découvrir les clips : Le Manque YouTube

Le site du groupe

Interview de Lionel Fondeville et Christophe Esnault