Pascal Blua – Something On Our Mind.

the_apartments_nsnsnm

Pour une fois je vais essayer de ne faire pas en faire des kilomètres (pas gagné). Pour une fois je ne vous parlerai pas d’un groupe ou d’un album. Mais il sera quand même question de musique et d’un artiste. En effet, ce soir en retournant sur la page Microcultures de The Apartments pour voir où en étaient les contributions, je me suis à nouveau rendu compte à quel point l’univers visuel créé autour de ce futur album était à la fois magnifique, très fort, et en osmose avec la musique magique de Peter Milton Walsh. Un genre de féérie intemporelle et mélancolique.  Une évidence. C’était comme si cette ambiance et les premières notes entendues étaient encrées, tatouées en moi depuis déjà des siècles.

Dans ma relation avec la musique, la dimension esthétique, graphique, est fondamentale : elle me permet de poursuivre le voyage, de le voir, de le toucher et de le recommencer une fois que la voix et les notes se sont tues. En vrac et de façon non exhaustive : Vaughan Oliver et 4AD, Peter Saville et Factory, la maquette des Inrocks (je me souviens) canal historique, Bowie, quelques pochettes de Daho, un paquet de tickets et d’affiches de concert. La direction artistique, l’artwork d’un vinyle, le graphisme d’un livret, permettent d’incarner ces émotions immatérielles et parfois évanescentes. Combien d’heures passées à écouter un disque la pochette dans la main ? Cela ne fait probablement passer la pilule d’un mauvais disque mais je suis persuadé que cela rajoute à l’aura et à la mythologie d’un artiste. Cela contribue à laisser une empreinte plus forte, quelque chose qui reste gravé. Something on my mind.

The Apartments donc, Michael Head, autre mythe pop, Dominique Dalcan, artisan précieux de la chanson française de qualité, les excellents 49 Swimming Pools, Uncovered QOTSA, … : Pascal Blua affiche un tableau de chasse sans faute de goût et en parfaite harmonie parfaite avec la musique de ces artistes classieux et délicats. Il allie une culture de graphiste « à l’ancienne » (maitrisantsur le bout des doigts la gestion des espaces et des hiérarchies, possédant une vraie culture visuelle, notamment en matière de typographie), une maitrise des codes contemporains et une sensibilité qui lui permettent de viser juste à chaque fois. Sa connaissance, sa passion de la musique, son empathie lui permettent créer autour des artistes des artistes avec lesquels il travaille sur la durée un univers singulier. Comme un véritable Directeur Artistique, il orchestre, il jongle avec les éléments (couleur, typographie, visuel, …) et les collaborations (photographes, illustrateurs, …),  pour arriver à trouver le juste équilibre que ce soit dans ses pochettes ou dans ses affiche. Bref, vous l’aurez compris, j’aime beaucoup et je m’arrête là car j’avais promis de ne pas m’étaler. De toute façon les visuels parlent d’eux même. Et pour en savoir plus le site de Pascal Blua c’est : MouseDesign. Vous verrez qu’il fait aussi plein de belles choses sur d’autres sujets.


artorius_revisited_ep_frontartorius_revisited_ep_back

kazimier_mh2

apartments_seven_songsDezzig

vio-014_1_0

vio-014_4_0

49-swimming

  49sp_cd-1_0

dd_hirundo_front