Étienne Daho – Surf (volume 2).


En ouvrant ce second volume de Surf par l’une de ses propres compositions, l’inédit et très sixties Son silence en dit long, Étienne Daho ancre définitivement cet album dans sa discographie entre Réévolution et L’Invitation. Libre, porté par son plaisir et ses envies, l’artiste nous offre une nouvelle collection hétéroclite, et pourtant cohérente, de pépites rock, folk, country, soul, pop, piochées dans la quarantaine de reprises qu’il a enregistrées au cœur des années 2000. Louis Armstrong y côtoie Cher, la diva soul de La Nouvelle-Orléans Irma Thomas ou encore Elvis Presley, et c’est une bouleversante cover d’un morceau traditionnel américain, He Was A Friend Of Mine (adapté par Dylan et chanté, entre autres, par Dave Van Ronk), qui clôture le disque. Si l’on croise des figures tutélaires et familières tout au long de ce voyage en apesanteur (David Bowie, The Everly Brothers, Hank Williams, Ricky Nelson), remonter avec Daho dans son arbre généalogique musical c’est aussi accepter de s’abandonner et d’oublier ses a priori pour (re)découvrir dans sa voix chaude des merveilles oubliées. Comme le magnifique We Have All The Time In The World de Louis Armstrong (grande chanson de Hal David et John Barry), l’euphorisant This Too Shall Pass Away des Honeycombs, ou les irrésistibles He Thinks I Still Care (Cher) et Take A Look (Irma Thomas). L’accompagner sur les traces de son inspiration artistique, c’est laisser son âme surfer sur son souffle suave pour se laisser cueillir par la beauté flagrante d’une chanson d’amour déjà mille fois entendue et qui sonne pourtant comme une première, telle cette étincelante reprise du Someday (You’ll Want Me To Want You) de l’incontournable Ricky Nelson. Avec Surf2, le chanteur démontre une nouvelle fois qu’il est un grand interprète, à l’aise avec les mots des autres quand ils racontent la vie, les rencontres et l’amour. Lâchant prise en anglais, il délivre des versions gorgées d’émotion de ces chansons transformées en confidences intimes. Qu’il reprenne Blue Moon Of Kentucky (face B du tout premier single du King Elvis), I’m So Lonesome I Could Cry (une frissonnante ballade d’Hank Williams), le poignant He Was A Friend Of Mine ou l’envoûtant Heathen (The Rays) de Bowie, c’est comme s’il chantait à l’oreille de chacun d’entre nous. Délicieuse sensation que de se croire l’unique destinataire de ce disque élégant aux allures alanguies d’un automne sans fin, empli de ce spleen lumineux si cher à Daho. 


Liner notes écrites pour Surf2

Album de reprises – Édition limitée Disquaire Day 2020

© Matthieu Dufour


Playlist : les chansons originales reprises par Étienne Daho sur Surf2

Étienne Daho – Surf.

Liner notes du premier volume de Surf.


Clip réalisé par David Bersanetti.