Étienne Daho – Surf.

etienne daho surf


Étienne Daho n’a jamais caché ses influences ni ses admirations. Au contraire, en parallèle de ses propres compositions, il a depuis ses débuts multiplié les collaborations, les duos et les covers, rendant ainsi régulièrement hommage dans ses albums et sur scène à Françoise Hardy, Gainsbourg, Syd Barrett ou encore le Velvet. Entamé, puis abandonné à deux reprises dans les années 2000, l’album de reprises Surf voit enfin le jour à l’occasion du Disquaire Day 2020


Guidé par son plaisir et ses goûts éclectiques, il pioche dans le répertoire de ses chansons fétiches dix titres qu’il a dû mille fois fredonner pour partager avec nous une playlist intime composée d’hymnes mythiques (un Moonriver beau comme un cœur au supplice), de tubes éternels (My Girl Has Gone, I Can’t Escape from You) ou de balades plus confidentielles (le poignant You Choose des Pet Shop Boys). Avec Surf, Daho nous livre un disque en équilibre sur ‘’un tranchant d’acier’’, pour reprendre les mots de Reverdy, où les chansons imprégnées de leur mélancolie originelle sont réchauffées par son souffle suave.

Murmures folk, incantations psychédéliques, résonances symphoniques, palpitations soul  : en équilibriste raffiné le chanteur surfe avec classe sur les différents genres musicaux et dompte avec assurance toutes les vagues. Les plus hautes (Glad To Be Unhappy façon crooner accompagné par les sublimes cordes de l’orchestre du grand David Whitaker et soixante musiciens à Abbey Road), comme les plus discrètes (The Way You Look Tonight de Air ou le délicieux Honeymoon des Phoenix).

Bande-son idéale pour accompagner la beauté fissurée des soleils couchants au large d’Ibiza, l’éternité froissée des nuits blanches urbaines ou encore la fugacité des aubes remplies (ou pas) de promesses de la Côte d’Emeraude, Surf est bien plus qu’un disque de reprises : un véritable album d’Étienne Daho qui met en lumière de façon éclatante ses talents d’interprète (s’il en était encore besoin…).

Chantant toujours l’amour et ses conséquences, mais se livrant pour une fois avec les seuls mots des autres, il nous offre paradoxalement la plus personnelle de ses confessions. Un disque à la douceur envoûtante, porté par la voix unique d’un chanteur qui nous emmène planer au-dessus de l’écume du quotidien, mais sait aussi nous faire plonger sous la surface à la recherche de récifs oubliés, de trésors précieux et de sensations enivrantes.

Apaisant et bienveillant, Surf donne le ton d’une mélodieuse veillée d’âmes sœurs. Le temps suspendu d’une parenthèse en chantant, lové au creux d’une épaule amie, avant de reprendre la route ou le large, le cœur et la chair gorgés de saudade. En se faisant plaisir, en suivant une fois encore son instinct et ses envies, Étienne tisse un nouveau fil de « soi » entre lui et nous.

Si les fans hardcore possédaient déjà dans leurs discothèques quelques-unes de ces covers (sur le EP Be My Guest Tonight ou la réédition « deluxe » de Réévolution), la sortie sur vinyle de ces reprises (dont l’inédit Falling Love de Dennis Wilson) est un superbe cadeau de l’ambassadeur de ce dixième Disquaire Day.


© Matthieu Dufour