Top Of Pop (Cultures & Cie) 2015 – Albums.

Tellement de bons disques cette années dans tant de registres qu’il m’est absolument impossible d’établir un classement : comment comparer le Hot Servitude de Summer et le Deableries d’Arlt ? J’en ai donc retenu 25 + 1. Vous pouvez retrouver les chroniques en cliquant sur les pochettes.


Le +1 n’est pas un disque de 2015 mais je l’ai découvert cette année et il m’a bouleversé. À l’heure des bilans il m’était impensable de ne pas le faire figurer dans ce non-classement. C’est l’album de LOU  Et après, on verra… Merveille de poésie retenue et de minimalisme pour un voyage à fleur de peau et en haute émotion.

a2897379155_10


Dans les 25 j’en ai isolé 5 qui ont tourné plus que les autres, 5 albums qui pour des raisons différentes m’ont remué et ont éclairé cette sombre année, mes 5 incontournables pour danser, chialer, boire, partager, déprimer, chanter, s’interroger.

Commençons par le premier sorti, Précipitations de Rémi Parson sorti le 1er janvier chez Objet Disque. Une synth-pop mélancolique soignée, un sens de la mélodie indéniable, un univers touchant et sincère et des tubes à foison. Il revient bientôt avec un superbe EP.

a2399692617_10

Toujours chez Objet Disque, une autre fabrique à tubes pop. Les Requin Chagrin de Marion Brunetto et leur improbable garage-surf-pop, mélancolique et sexy, portée par une énergie et une fraicheur imparables. A voir également sur scène, notamment pour l’épique Atlas qui n’est pas sur l’album.

requin-chagrin


Un de mes autres coups de coeur de l’année, le Wax & Wane de ichliebelove. Tuerie addictive entre hédonisme sexy et introspection planante.

pochette_waxwane_BD-436x435


Les iconoclastes et inventifs Arlt poursuivent leur route dans le désossage de la chanson avec le splendide Deableries. Poésie grotesque, langue singulière, chaos et beauté, stupeur et trébuchements, mélange des genres et confusion des sentiments. A voir sur scène aussi. Quel groupe.

a3329864604_10


Enfin, la claque de l’année, le sombre et brillant Hot Servitude de Summer. Abrasif, cinglant, sexuel, il capture avec brio et lucidité la noirceur des temps modernes, l’autopsie d’une société en phase terminée par le légiste Jean Thooris et ses complices. Indispensable aussi.

a0751796155_10


 

La suite avec 20 autres réussites d’une année riche et musicalement emballante.


Robi – La cavale

Impression


 

Le Flegmatic – L’esprit de conquête – Mostla Tape

a1996497897_10

Orso Jesenska – Effacer la mer.

10153122451202990


Dominique A – Eléor

eleor


Filip Chrétien – Les traces

filip-chretien-10-10-2015-@jerome-sevrette-1-3


Watine – Atalaye

carre2


Pain Noir

PAIN-NOIR-DR-300x300


Arman Méliès – Vertigone

vertigone


The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

the_apartments_nsnsnm


Noiserv – Almost Visible Orchestra

0001901612_36


Black Egg – Songs of Death & Deception

0005695334_10


AMOR – half sin half life

AMOR-half-sin-half-life


Republik – Elements

12042894_10205886732062077_103331154270597796_n


Bruit Noir – I/III

cover_1000x1000_bruit_noir_rvb-500x500


Odessey & Oracle and The Casiotone Orchestra

a0774959368_10


VKGN – Illumination

vkng-illumination-cover


Aline – La vie électrique

Aline-La-vie-electrique-600x600


 Bang ! Une introduction à Centredumonde

(pas encore chroniqué mais un jour viendra… en attendant je vous renvoie sur le bandcamp de ce formidable disque)

a3921416794_10

crab – ridyller rasitorier rasibus

rrr


Daho – L’homme qui marche

LHommeQuiMarche_Cover_560